GUATEMALA – De Chichicastenango au Lago Atitlan, Tikal découvre les couleurs du Guatemala

Classé dans : Guatemala | 0

C’est après une nuit reposante et fraiche, remis de nos émotions de la veille (le récit est ici), que nous reprenons la route. Une belle route d’asphalte (avec des trous, mais de l’asphalte quand même) qui nous mène jusqu’à Chichicastenango.

Chichicastenango

Ce village est réputé pour son grand marché des jeudis et dimanches, l’un des plus grands marchés d’Amérique Centrale.

Ça tombe bien on est jeudi.

On gare le camion dans notre spot iOverlander pour la nuit, une station de lavage de voitures, et on marche jusqu’au centre.

Nous avions déjà visité la ville lors de notre premier passage il y a deux ans. Aujourd’hui il nous semble qu’il y a encore plus de monde. Beaucoup d’artisanat et des touristes à tous les coins de stands… On serait bien tenté par quelques tissus nous aussi mais on verra au retour…

On arpente ce marché riche en couleurs qui rassemble de nombreux paysans des environs, faisant le déplacement pour vendre leurs récoltes. Et on tombe sur la grande église blanche, l’Eglise Santo Tomas qui trône d’un côté de la place centrale. Les vendeurs de fleurs s’y regroupent dans un effluve d’encens créé par les prieurs en haut des marches : rites mayas et catholiques se mêlent dans un murmure mystique.

Vers 16h les vendeurs commencent à remballer, temps pour nous de retourner au camion pour une nuit calme et fraiche.

Au petit matin, sous la bruine, on prend la route du Lac Atitlán.

Lago Atitlán

Alors autant vous le dire tout de suite, le lac Atitlán est l’un de nos endroits préférés au Guatemala : il mêle volcan, nature et villages (plus ou moins touristiques).

On opte pour un camping à San Marcos tenu par un français, Pierre. Profiter de la vue depuis le campement se mérite, il faut d’abord descendre le long de la montagne sur une piste abrupte et pleine de trous. L’accès est compliqué et notre boîte courte est d’une bonne aide pour ne pas faire chauffer nos freins. On prend notre temps et puis la vue durant la descente est splendide.

Après quelques manœuvres pour se faufiler dans les villages sur la route, on arrive enfin au camping. Et on s’installe :

On se sent tellement bien que l’on restera finalement 1 semaine. On fait donc connaissance avec nos nouveaux voisins :

Et on tombe sous le charme de la vue :

Le camping a même son propre ponton auquel s’arrêtent les bateaux collectivos du lac. Ça nous permet de vadrouiller un peu autour de San Marcos ou de revenir du centre du village.

San Marcos

Le village de San Marcos est devenu un spot new age très touristique : une rue principale dans laquelle on retrouve des vêtements, des cours de yoga, des retraites énergisantes, des restaurants, des vendeurs de rue et sûrement plein d’autres choses encore… Peu de locaux et beaucoup de touristes.

Mais si on s’éloigne un peu de cette unique rue, la vue est splendide, et selon nous, la plus belle du lac, celle qui permet d’admirer la beauté de ces volcans.

San Pedro de la Laguna

Le lac est entouré de petits villages plus où moins touristiques. En deux ans, il nous semble que San Pedro est devenu plus touristique… Malgré tout, le dimanche, on peut déambuler dans les stands du marché et profiter de l’aspect plus authentique du village.

Bien que nous soyons arrivés avec une grande motivation au lac, nous ne ferons finalement pas de randonnée au sommet d’un des volcans… le temps n’étant pas super dégagé, et notre motivation n’étant pas débordante, on privilégiera de les admirer de loin.

Après une bonne semaine, nous décidons de reprendre la route, direction le coup de cœur de notre premier voyage : Antigua.

Laissez un commentaire