MEXIQUE : Tikal passe les fêtes sur la côte pacifique

Classé dans : Mexique | 1

Après Guanajuato, nous décidons de retourner vers le bord de mer pour passer les fêtes les pieds dans l’eau. Sauf que les distances ne sont pas tout à fait les mêmes au Mexique : ça nous prend 2 bonnes journées de route. On s’arrête d’abord sur le parking d’un hôtel en bord de route et demandons si nous pouvons passer la nuit. Pas de problème, nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls : moutons, chèvres et chiens sont autour de nous. Les propriétaires, très sympas, nous ouvrent même une chambre pour que l’on puisse utiliser les toilettes et la douche.

Dès le lendemain matin on reprend la route direction Tequila. On contourne tant bien que mal l’énorme ville de Guadalajara (défi de prononciation pour les plus vaillants!) que l’on décide de ne pas visiter finalement (ville trop grosse, trop de circulation, trop compliqué en camion). Les champs d’agaves remplacent peu à peu les maisons. On arrive sur les lieux de production du fameux alcool mexicain.

Après un stop dans la ville même de Tequila, on décide de dormir un peu plus loin avant de continuer vers l’océan. On traverse des paysages volcaniques avant de rentrer dans la jungle, gagner en humidité et enfin voir la mer.

On continue notre route vers le sud, en quête de l’endroit parfait pour passer quelques jours de repos à noël. Une halte a Rincon de Guayabitos puis on repart. Malgré les écureuils et les colibris, ce n’est pas encore là que l’on souhaite se poser : trop d’agitation, trop de touristes, pas assez de mer…

Noël

Et puis on arrive à Lo de Marcos, petit bourg paisible au bord de l’océan. On trouve une place près de l’eau et on se pose. Le camping donne sur la plage où l’on trouve quelques restaurants et plus loin, une lagune accueille les oiseaux de passage. Notre temps sera partagé entre mer, body board et photos. Pas trop mal pour un Noël.

Le jour du réveillon, Visiterra nous offre un super cadeau : un magnifique repas roumain. Les sarmale de Ramona (feuilles de choux remplies de viande avec de la polenta) nous ramène en Roumanie, pays qui finalement, malgré les pieds dans le sable, ne semble aujourd’hui pas si loin !

 

 

Le Jour de l’an

Après une semaine dans ce petit havre de paix, nous décidons de reprendre la route et partir vers le sud. Encore. Un stop à Puerto Vallarta qui nous redonne rapidement de l’élan (les touristes américains ont fait de cette ville un point de chute pour passer les fraiches fêtes de fin d’année, et les prix s’en ressentent), on arrive à Punta Perula. On y rencontre Pedro et Ade, nos voisins de camping et passons quelques jours à gouter les ceviches, langoustes et crevettes fraiches.

Et puis le 30 décembre, on décide de reprendre la route, histoire de passer le jour de l’an plus au sud. Mauvaise idée. On arrive à La Manzanilla quelques 60 kilomètres plus loin. Mais on n’est a priori pas les seuls. Tout est plein. Campings, rues, plages. Pas de places, ou alors juste serrés entre deux tentes dans un camping-usine. On rebrousse chemin. Finalement, le jour de l’an se fera à Punta Perula, au calme.

Après un diner du jour de l’an partagé avec Visiterra ainsi que Pedro et Ade, nous décidons, le 1er janvier, de faire une petite excursion dans les iles avant de reprendre la route.

Il fait chaud. Dès le lendemain, on se dit que finalement, la fraicheur des montagnes c’est pas mal aussi.

On reprend donc la route vers l’intérieur des terres.

One Response

  1. Karen Bansard Skubis

    Quelle merveille ce voyage !!! Ne revenez pas, la vie n’est belle que quand on la vit !!!
    Votre récit est juste de toute beauté et propice aux rêves… pour ma part, il me rend nostalgique ..
    Non je vous assure, ne rentrez pas… Profitez le plus longtemps possible!! ici c’est d’un ennui, un éternel recommencement de situations inabouties, en terme d’économie, d’écologie, de politique.. de la violence, des mensonges, de la mauvaise humeur… et la routine qui nous tue.. Vivez, voyagez, découvrez, continuez !!!!! Gros bisous ma Dana !! et bises à ton aventurier !
    Karen Bansard Skubis

Laissez un commentaire