OREGON – Portland

Classé dans : Etats-Unis | 0

3ème ville sur notre route depuis Vancouver, nous arrivons sur Portland avec un super temps, 25 degrés et, tenez-vous bien, de jour. Ça change.

On est un peu fatigués. Cette fois, on a envie de se poser un peu, de souffler et de ne pas bouger pendant une journée entière, en profitant d’internet et en se douchant 2 jours de suite… Bref on cherche un camping.

Le premier est plein. Le second a une petite place pour nous. On prend une nuit (à laquelle on ajoutera finalement une seconde).

On fait quelques courses puis on se pose pour la soirée. Le lendemain n’est pas très productif, comme prévu. Mais ça fait un bien fou. On bosse deux ou trois choses sur le camion et on profite de la douceur de l’air.

Yeah
Yeah

Après notre seconde nuit, nous décidons d’aller explorer Portland. La ville est beaucoup plus petite que Vancouver ou Seattle et une journée nous suffira pour en faire le tour.

Trop compliqué de se déplacer un bus, on gare cette fois le camion dans le centre-ville pour la journée et filons nous balader.

p2

p3

p4

p5

p6

p7

p8

p9

p10

p11

 

p12

p13

p14

p15-1

p15

La ville est jolie et plutôt agréable.

Malgré tout, Portland nous laisse un goût particulier. On retrouve les quartiers habituels : chinatown, quartier étudiants, building d’affaires. Mais une chose nous frappe particulièrement. Il y a beaucoup de gens qui semblent seuls, à la rue, un peu, voire totalement perdus.

Et puis on se rend compte que l’on a parfois une idée pré-fabriquée des endroits où l’on passe. Ce fut le cas aujourd’hui. Nous avions certainement une vision un peu fantasmée de cette ville que l’on imaginait alternative, sportive, écolo, bio, dynamique et heureuse… Portland c’est peut-être cela. Mais pas que. La réalité est évidemment autre, plus duale.

Peut-être étions-nous dans un état d’esprit qui nous a fait voir les choses différemment cette fois? Surement.

Alors voilà, on se retourne finalement sur les autres villes que l’on a traversées. Et oui. Les inégalités sont criantes. Ici là-bas. En France En Europe. Partout.

Et les Etats-Unis, pays le plus riche que l’on va traverser durant notre voyage ne manque pas à la règle. On le sait.

Et on reste impuissants. Conscients de notre chance et peut-être un peu honteux d’en avoir autant.

Nous aimerions utiliser la photo pour mettre une image sur ce que nous ressentons. Et partager. Mais c’est compliqué. Nous restons pudiques. Nous ne voulons pas être intrusifs. Et parfois il en faut peu.

Du coup on s’interroge.

Notre vision du voyage a-t-elle changé ?

Ou peut-être commençons-nous à entrer dans le voyage. A ne plus vivre ces 13 mois comme des vacances.

Nous reprenons donc nos appareils photos.

Il est temps de partir. Dans la nature. Quitter la ville pour le vert, le vent, le sauvage.

Yellowstone nous appelle.

p17

Laissez un commentaire