ROUMANIE – Brașov, retour aux sources

par | 23 Déc 2017 | Roumanie, Sur les routes ailleurs, Villes | 2 commentaires

Date de dernière mise à jour : le 26 juillet 2018

Brasov et la Transylvanie. C’est le lieu où je, Dana, suis née. Sous le communisme, lorsque le rouge donnait une autre teinte au quotidien des Roumains.

Cette ville je l’ai dans la peau. Et y retourner c’est à chaque fois remonter les temps. Redevenir une enfant qui parcours la ville. Retrouver des odeurs, des goûts, des endroits qui tous évoquent des souvenirs d’un autre temps.

Petite escapade dans la plus belle ville de Roumanie.

Lorsque l’on pense vacances, on ne se dit pas tout de suite, aller hop c’est parti pour la Roumanie ! Pourtant c’est un très joli pays et le climat continental permet d’y faire du ski l’hiver ou de profiter de la mer l’été. Donc une destination très sympa pour profiter de belles promenades dans les forêts (nombreuses) et les montagnes ou même faire la fête en été (les bords de mer sont souvent la destination de prédilection des jeunes étudiants).

Sauf que l’on est en novembre… Ce n’est ni vraiment la douceur estivale ni vraiment la fraîcheur hivernale donc ni ski, ni baignades pour nous.

On retourne simplement à mes origines et je vais enfin faire découvrir au barbus le pays dans lequel je suis née. On va respirer l’air vivifiant des Carpates, manger et faire une multitude de photos (en espérant croiser des ours… oui oui !!)

Vol direct Paris – Bucarest puis on récupère la voiture et on file vers Brașov (150 km… 2h30, normal). Il fait beau et le soleil couchant offre une douce lumière sur l’horizon.

On va passer 1 semaine à Brașov, en plein cœur de la Transylvanie et vadrouiller un peu autour.

Brașov

Brașov est situé au centre du pays, au milieu des Carpates.

Le centre historique de Brașov (Kronstadt en allemand) est coloré et plutôt bien préservé comparé aux barres d’immeubles communistes qui ont été construites autour.

Les premiers jours sont donc destinés à parcourir la ville.

La place centrale est occupée par quelques terrasses et restaurants qui offrent une jolie vue sur les collines environnantes, L’endroit parfait pour planifier sa journée. Au soleil..

A quelques pas de la place centrale, on trouve l’Eglise noire, qui porte bien son nom, émergeant fièrement d’entre les immeubles environnants.

On décide de prendre de la hauteur vers la tour blanche à partir de laquelle on a une jolie vue sur le centre-ville.

Mais bon Brașov, comme beaucoup de villes en Roumanie, est surtout parcourue de nombreuses églises.

Celle-ci est l’église de mon enfance, celle dans laquelle ma grand_mère m’emenait.

Celle dans laquelle l’encens venait piquer mon nez et les dames m’embrassaient en me piquant parfois les joues.

Celle dans laquelle je rentre à chaque fois que je suis en Roumanie, juste pour me souvenir de cette athosphère si particulière empreinte de dorures et de chants religieux.

Si vous venez à Brasov, vous verrez probablement ces grandes lettres blanches avec le nom de la ville inscrit en haut de la montagnge. Un peu comme Hollywood. Mais en Roumanie.

Il est possible de s’en approche. Il faut rejoindre un petit téléphérique qui nous amène sur Timpa. A partir de cette montagne la vue est magnifique. En contrebas, la vallée et la ville s’étirent vers les plaines.

D’ici il est même possible d’assister aux empreintes de l’histoire : les traces des changements d’architectures sont visibles d’ici. Alors que le centre-ville est parcouru de maisons anciennes, au loin se dressent le immeubles construits sous l’époque communiste et qui encerclent le centre historique.

Poiana Brașov

Pendant ces quelques jours, on décide de reprendre la voiture et aller manger un morceau à Poiana Brașov, la station de ski à une dizaine de kilomètres de Brașov. Bon évidemment, là, il n’y a pas de neige. mais les couleurs restent splendides.

On se dirige donc vers « Coliba Haiducilor » : « le » resto de Poiana. La décoration typique y est tout en sobriété . On retrouve les plats typiques roumains : sarmale (viande hachée enroulée dans des feuilles de choux accompagné de polenta), soupe de haricots blancs et oignons rouges, mititei (melange de viande grillée) le tout accompagné d’une petite tuica, la fameuse eau de vie de prune roumaine…

Durant ces quelques jours à Brasov nous avons également découvert le château de Bran, le fameux château de Dracula. On vous raconte l’histoire de ce mythe par ici : Le château de Dracula.

 

Mais ces quelques jours auront été bien trop courts… Il faudra revenir et découvrir le reste du pays que je ne connais finalement que peu.

Plus de photos de Brasov

Share This