Envoyer son van ou son camping-car en Amérique : mode d’emploi

par | 24 Août 2020 | Sur la route Panaméricaine, Vanlife - Quotidien | 0 commentaires

Voyager à travers l’Amérique fait rêver. Le faire avec son propre véhicule sur la panaméricaine est en effet un projet fou ! Pour autant certains (dont nous faisons partie), se lancent. Deux possibilités existent : voyager avec un véhicule acheté sur place ou envoyer son propre van ou camping-car depuis l’Europe à travers l’Océan Atlantique. Mais comment se passe le processus d’envoi d’un véhicule aux USA, au Canada ou en Amérique du Sud ?

Après notre expérience, on vous explique les démarches pour envoyer son véhicule en Amérique.

Achat sur place ou envoi de son véhicule depuis l’Europe

Il n’y a pas à dire mais le premier grand dilemme auquel on fait face lorsque l’on se lance dans ce projet de voyager en Amérique, c’est de savoir où acheter son véhicule.

Achat d’un van en amérique ou envoi d’un camping-car depuis l’Europe, chaque solution présente ses avantages et inconvénients.

Sachez toutefois que l’une ou l’autre des solutions seront bien moins chères que de louer sur place un camping-car. La location est en effet envisageable pour une courte période mais n’est pas du tout rentable sur le long terme. De plus il ne sera pas évident de traverser les frontières avec une voiture de location. Enfin, visiter les parcs nationaux, faire un road-trip dans l’ouest américain, sur la côte ouest ou en Amérique latine est une sacrée expérience quand c’est avec sa propre maison.

Pour autant, c’est décidé, vous voulez voyager avec un véhicule que vous avez acheté en France (ou plus généralement en Europe) et donc il va vous falloir l’envoyer de l’autre côté de l’océan.

On vous explique les choix et le processus que l’on a suivi pour notre part.

 

Envoyer son véhicule en Amérique par conteneur (ou container)

Beaucoup de voyageurs se penchent vers la solution du container. Solution privilégiée car souvent considérée comme la plus sécurisée et la plus pratique pour un voyage serein.

Votre fourgon ou camping-car prend alors place dans une grosse boite de métal et sera posé sur un porte-conteneur parmi d’autres centaines de containers.

Tous les véhicules n’entrent pas dans les conteneurs. Il faudra choisir parmi les 2 possibilités de 20 pieds (environ 6 mètres) ou 40 pieds (environ 12 mètres). Quant à la hauteur, c’est un petit 2,38 mètres pour les modèles standard et exceptionnellement 2,74 mètres ou 2,89 mètres.

Le conteneur est donc la solution optimale pour une voiture 4×4 avec tente, pour un petit fourgon ou pour une moto. Bref, même en ôtant la galerie et dégonflant les pneus, il est difficilement possible de dépasser 2,30 mètres voire 2,80 mètres pour les plus gros.

Par ailleurs, pour réduire les coûts, vous pouvez partager votre conteneur avec un autre voyageur à moto ou en petit véhicule. La meilleure solution pour diviser sa facture !

Si toutefois votre camping-car ou votre van dépasse les dimensions, il faudra alors se tourner vers le RoRo.

Nous n’avons pas d’avis sur ce genre de transport, ne l’ayant pas personnellement utilisé. Pour autant, beaucoup de voyageurs sont passé par des conteneurs et ont été ravis de vivre sereinement le voyage de leur véhicule vers l’Amérique du Sud (principalement).

 

Envoyer son véhicule en Amérique en Roro

Voici le choix que nous avons fait et que beaucoup de familles font.

RoRo veut dire Roll-on, Roll-off : “roule dedans, roule dehors’’. En pratique cela signifie que le véhicule est conduit directement sur le bateau en roulant et n’est pas déposé dans un container. Une personne monte à son bord et va le placer sur une place de parking au sein du cargo via une rampe d’accès. Il se trouve alors à côté de différents véhicules, de la voiture au gros camion.

1ère étape : l’administratif et la préparation du le voyage en Roro

L’administratif fait peur et pourtant ce n’est finalement pas inaccessible lorsque l’on passe par une compagnie qui nous accompagne. Certains font le choix de tout organiser eux-mêmes, on reste très admiratifs mais personnellement cela nous semblait bien trop compliqué !

Nous sommes donc passé par la société Seabridge, société qui s’occupe de l’envoi de véhicule touristique privé à travers le monde. Leur accompagnement était parfait et tout était finalement très simple. Ils proposent des envois vers Halifax au Canada, Baltimore, Brunswick, Los Angeles ou Seattle aux USA.

Cette compagnie propose également des envois pour l’Amérique du Sud : Cartagène, Buenos Aires ou encore Montevideo.

Vous pouvez contacter la compagnie dès que vous avez une idée de votre date de départ. Ils vous donneront toutes les informations et pourront même vous transmettre un devis sur la base des éléments que vous leur aurez fournis. Seabridge vous indiquera alors que la réservation se fait quelques mois seulement avant le départ.

3 ou 4 mois avant la date de départ prévu, il faut alors remplir un formulaire avec toutes les informations précises quant au véhicule, passeport, carte grise et permis mais aussi quant aux dimensions et à la date de départ. Tout cela se fait en ligne et par mail.

Seabridge vous répond alors en retour avec l’envoi d’un dossier détaillant tout le processus de dépose du véhicule et sa récupération. Vous trouverez des plans détaillés et des infos pour la préparation du véhicule.  Il vous propose également une assurance pour le trajet en mer.

2ème étape : la pratique et déposer son van au port

En pratique il faut rejoindre un port de départ à partir duquel se font les départs en Roro et y laisser son van ou fourgon aménagé après l’avoir préparé.

Pour la préparation il est important de vider et nettoyer le van en prévision de son contrôle lors de la montée mais aussi de la descente dans le port d’arrivé.

Pour le départ pour Halifax, il faut rejoindre Anvers. Après un détour pour remplir quelques papiers il faut se diriger vers le parking de stockage des véhicules en partance.

On roule donc sur le parking du port, on pèse et mesure le véhicule pour voir s’il correspond bien aux déclarations faites lors de l’inscription.

Arrive le moment où il faut partir en laissant les clés sur le contact et en se disant que l’on retrouvera sa maison sur roues après quelques semaines de l’autre côté de l’atlantique.

3ème étape : la pratique et récupérer son véhicule au port d’arrivée

Une fois le véhicule arrivé à bon port, il faut le récupérer pour commencer l’aventure.

Vous avez suivi votre véhicule sur le petit lien envoyé par Seabridge, vous avez vibré en vous disant qu’il était tout seul en pleine mer et finalement vous êtes soulagé de le savoir bien arrivé. Vous-même vous avez d’ailleurs rejoint Halifax, il est alors temps de récupérer son fourgon ou son camping-car !

Attention vous ne pouvez récupérer votre véhicule que 2 jours après son arrivée au port. Pour un envoi Anvers – Halifax, il faut compter environ une quinzaine de jours entre le départ et l’arrivée.

Pour pouvoir récupérer sa maison sur roues il est important d’être à jour du règlement de sa facture. Aussi étonnant que cela puisse paraître, rien n’est à payer le jour du départ. Pour autant vous n’avez pas été oublié ! En effet, Seabridge envoie la facture par mail et le paiement doit avoir été fait pour pouvoir aller au port chercher son van.

Suivez le guide donné par Seabdrige : il faut aller payer une taxe (c’était en espèce en 2016) chez le transitaire, récupérer tous les papiers qui seront nécessaires au port. Ensuite, direction le bureau des douanes puis le port pour enfin retrouver son van !

Attention tout cela doit se faire le matin, il est alors important de ne pas trop trainer.

Au port, vérifiez bien l’état de votre véhicule puis vous pouvez prendre la route !

Les tarifs du Roro

Tout dépend de la taille de votre véhicule et de la destination évidemment.

Pour notre part nous avons payé 2100 euros l’aller Anvers-Halifax (en 2016) pour un véhicule de 5 mètres de long.

Notre avis sur le Roro

Cette solution est facile et pratique, surtout lorsque l’on se fait accompagner. Pour autant il faut avouer que parfois, elle s’avère plus risquée. Il est arrivé que certains fourgons se fassent visiter. En effet, selon les destinations et notamment s’il y a des escales, il existe un risque de temps mort durant lequel le véhicule (van, fourgon ou camping-car confondus) est plus exposé aux vols.

Voilà pourquoi il précisé que le véhicule doit être vide (au maximum).

Certains voyageurs choisissent d’ailleurs de voyager avec leur van pour ces raisons : être présents et dissuader alors toute intrusion dans le véhicule.

 

Dempster Highway-Van et route
Valley Of Fire State Park

Quelles solutions en pratique pour l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud ?

Pour l’Amérique du Nord, la solution privilégiée est, vous l’aurez compris, le Roro. Depuis quelques mois, Seabridge propose également de faire le voyage avec son véhicule, à bord du cargo. Il est alors possible d’embarquer sur le bateau à destination de Baltimore ou Halifax pour environ 1000 à 1300 euros par personne.

Pour l’Amérique du Sud, Seabridge propose le RoRo mais le container est une solution à ne pas mettre de côté, privilégiant la sécurité du transport fermé. Pour l’Amérique du Sud (comme pour l’Amérique du Nord maintenant) il vous sera possible de voyager en bateau avec votre maison sur roues (environ 1600 euros par personne).

Argent et Vanlife - Comment gagner des sous lorsque l'on vit dans son van

Et côté Visas ?

Quel VISA pour le Canada ?

Pour visiter le Canada en tant que citoyens français il convient de faire une demande d’Autorisation de Voyage Electronique. Avant de déposer une demande d’AVE pour le Canada vous pouvez vérifier si vous avez besoin d’un visa pour voyager au canada ici : vérifier si besoin de visa pour le Canada.

L’AVE est obligatoire pour qui se rend au Canada en avion sans être de nationalité canadienne. L’AVE est valable 5 ans sauf à ce que le passeport expire avant. Enfin, l’AVE permet de passer 6 mois consécutifs au Canada dans le cadre d’un voyage touristique (attention l’AVE ne permet pas de travailler sur place).

Notez que si vous entrez par la route au Canada l’AVE n’est pas nécessaire.

Quel VISA pour les Etats-Unis ?

Pour visiter les USA en tant que citoyen français, sachez qu’il n’y a pas besoin d’un visa à proprement parler si vous souhaitez rester moins de 90 jours. Dans ce cas, il conviendra de demander un ESTA si vous arrivez par les airs. Cette demande se fait en ligne sur le site du gouvernement : demande ESTA.

Si vous envisagez de rester plus que 90 jours ou si vous souhaitez visiter les USA en plusieurs fois (exemple : USA/Mexique/USA) et que la durée totale de votre séjour dépasse 90 jours, il vous sera alors nécessaire d’avoir un visa B2.

La demande de visa B2 se fait en ligne et il faut alors payer des frais de demande de visa avant de prendre un rendez-vous en ligne et passer un entretien.

Wapiti à Yellowstone

N’hésitez pas à garder cet article sous le coude sur Pinterest pour vos prochaines escapades :

Share This