FRANCE – Isère – Randonnée aux lacs des Sept Laux dans le massif de Belledonne

par | 5 Jan 2019 | France, Trek & Randonnée | 3 commentaires

Pendant nos deux semaines de vacances de septembre, le programme était : road-trip et randonnée. Après nous être échauffés sur différentes petites randonnées comme notamment celle du Lac de Peyre, nous avons décidé de partir sur 2 jours.

Mais la grande question était : où ça ?

L’un de nous deux adore les lacs de montagne, donc pourquoi pas tabler sur une rando combinant grands espaces, paysage minéral et lacs ?

Notre dévolu s’est donc jeté sur Belledonne et les 7 Laux.

Il s’agit de lacs artificiels et d’un espace aménagé par EDF. Même si par endroits les fils électriques sont visibles, la montagne est belle et les lacs de montagnes sont d’un superbe bleu.

Ça tombait bien, il faisait beau, la météo était plutôt pas mal et nous, plutôt en forme.

L’itinéraire

La randonnée des Sept Laux est accessible via divers itinéraires avec notamment plusieurs départs possibles.

D’une part celui depuis Fond de France et d’autre part celui depuis la station de ski du Pleynet.

NB : Les lacs sont aussi accessibles depuis une autre vallée, celle de Rivier d’Allemont. Nous avons d’ailleurs croisé à la descente un groupe qui faisait la traversée depuis Fond de France jusqu’à Rivier d’Allemont. Ce qui évite de passer 2 fois au même endroit… Mais si on est véhiculé, il faut avoir quelqu’un pour venir nous chercher de l’autre côté. Ou prendre les transports pour revenir.

Pour notre part, nous nous sommes dit que nous allions partir de la station de ski du Pleynet, pensant qu’il y aurait moins de dénivelé (erreur, en fait la rando est plus longue et le dénivelé cumulé plus important qu’en partant de Fond de France…).

Sur le parking, pas de difficulté de stationnement puisque la station offre un énorme espace de stationnement avec une belle vue.

La vue depuis le parking….

La montée

Le départ se fait donc depuis le bout du parking, en suivant une piste qui part sur la droite et rejoint un chemin 4x4. Il faut suivre ce sentier pendant une trentaine de minutes jusqu’au chalet du Pra. Par la suite, le chemin est indiqué sur des panneaux et on entre à nouveau dans la forêt, on enjambe des ruisseaux et on alterne entre des montées plus ou moins pentues. On fait en réalité le tour de la montagne pour rejoindre la route qui mène vers le col de la Vieille.

Alors de notre côté, nous avons entamé la randonnée dans les nuages, pensant que ça allait se dégager… et en réalité pas du tout. C’était même de pire en pire plus on montait.

Nous avions lu qu’il y avait des vues magnifiques sur la vallée en contre-bas… et bien on a surtout pu admirer les plantes pleines de rosée, les champignons et les nuages.

Arrivés au Cul de la Vieille, on est sorti de la forêt et ça grimpe un peu. Pas de difficulté majeure (cela nous a d’ailleurs semblé plus facile que certaines petites côtes que nous avions passées), juste faire attention à ne pas glisser sur les roches qui sont humides (notamment dans l’atmosphère nuageuse qui nous entourait).

Donc la montée était brumeuse….

Les lacs

J1 : Une grande flaque c’est un lac

Une fois la côte gravie, on arrive au lac noir. Normalement. Enfin disons qu’il est là si on peut le voir. Nous, on a juste deviné que c’était lui parce qu’on a vu une flaque plus grande que les autres.

Il est possible ensuite de continuer un peu la montée jusqu’au lac Carré (aussi visible pour nous que le premier) et aller jusqu’au refuge. Lorsque nous avons fait notre randonnée, le refuge était fermé en semaine donc nous avons continué notre chemin. Mais a priori, par beau temps la vue est magnifique !

A ce moment-là nous décidons de nous chercher un petit coin plat pour poser la tente. Et exigence de plus (posée par celle qui aime les lacs de montagnes…) avoir une belle vue quand ça se dégagera.

Oui alors du coup ce n’est pas facile facile ! Déjà trouver un terrain plat quand on ne voit pas à 5 mètres, pas simple, mais tenter de se projeter et imaginer la vue sans nuages d’un endroit que l’on ne connait pas…

Bref ! Après avoir marché pendant ce qui nous a semblé une éternité (mais ça devait faire en réalité 30 à 45 minutes…), on remarque un espace plus dégagé, plat, avec de la mousse et un peu en hauteur (ce qui pouvait présager d’une jolie vue. Un jour sans nuages).

On décide alors de s’installer là et on (enfin Stéphane) monte la tente.

Et là miracle ! Le ciel se dégage et on prend conscience de ce qui nous entoure.

Et la vue est juste splendide !

En contrebas le lac Cottepens et au loin le refuge.

On décide alors de laisser la tente et partir marcher un peu plus loin, jusqu’au lac du Cos. Juste le temps de faire l’aller-retour avant que les nuages ne réapparaissent. Temps pour nous de manger chaud et se coucher.

 

 J2 : Avec le soleil c’est mieux

La nuit fut bien fraiche. Et humide. La tente est trempée et un bon café chaud est un élément plus que nécessaire pour redémarrer. Mais le ciel s’est dégagé et c’est au creux des montagnes que l’on profite du bruit de l’eau qui coule.

Une fois tout remballé, on décide de continuer notre chemin des 7 Laux pour découvrir le lac du Cos, en faire le tour et tenter d’observer des bouquetins sur la route. Notre chemin croise la route d’une petite hermine bien vive.

Mais malheureusement, encore une fois (car ça nous était déjà arrivé au lac de Peyre), un hélico arrive, se pose à quelques mètres de nous et dépose un groupe de personnes (fainéantes) qui vient travailler sur la fin de saison au lac.

On a donc dit adieu aux éventuels bouquetins, marmottes qui auraient pu être dans le coin, l’hélicoptère les ayant probablement fait fuir.

Nous poursuivons donc notre chemin en passant par le lac de Jeplan (assez petit), le lac de la Corne et nous asseyons en amont du lac de la Sagne.

La vue est splendide. Le ciel nuageux offre une belle atmosphère et une lumière dorée qui rend l’herbe encore plus orange.

Bref on est bien.

On décide finalement à rebrousser chemin et ne pas commencer la descente qui mène vers la vallée Rivier d’Allemont.

L’avantage à avoir fait la montée dans les nuages c’est que l’on n’a pas l’impression de repasser sur un chemin connu. On découvre tout. Du lac Cottepens, au lac Carré puis le lac Noir jusqu’à la vue sur la vallée. Qui en effet est magnifique !

Une fois le cul de la vieille passé, la redescente nous semble un peu longue et c’est à ce moment là que l’on se dit qu’on aurait peut-être dû se garer à Fond de France.

On arrive finalement en fin de matinée au van.

Récapitulatif

7 Laux

Distance (aller jusqu’au lac de la Corne)

km
Durée

jours
Dénivelé Positif

mètres

Notre avis

Superbe randonnée sur 2 jours. Pas de difficultés majeures, juste quelques montées qui donnent un peu chaud !

Et puis l’enchainement des lacs vaut bien un petit effort.

Pratique

La neige et bien présente en hiver, donc randonnée d’été !

Conseils

Vêtements : Selon la saison, on vous conseille le pull et le coupe-vent et parfois même la doudoune (elle n’était pas de trop pour nous…).

Matériel : Tente, sac de couchage (le notre était confort -5° et on n’a pas eu trop chaud en septembre), et les batons de randonnée sont un plus !

Niveau : Moyen.

Nourriture : Repas du soir, petit déjeuner et petits encas à grignoter lors de la montée et de la descente.

Accessoires : Bien sûr : lunettes de soleil et crème solaire et appareil photo ! Si vous aimez la faune, les jumelles peuvent être utiles pour débusquer les bouquetins, marmottes et autre animaux aux alentours.

 

N’hésitez pas à garder cet article sous le coude sur Pinterest pour vos prochaines escapades :

Share This