ISLANDE – Le Cercle d’Or : Thingvellir, Geysir & Gullfoss

par | 27 Août 2018 | Islande, Sur les routes ailleurs | 4 commentaires

Après la péninsule de Reykjanes nous sommes donc partis vers le cercle d’or.

Probablement la région la plus touristique de l’Islande.

En effet, facilement accessible depuis Reykjavik, elle est la zone privilégiée par les touristes qui n’ont que peu de temps sur place.

Pour voir notre itinéraire, n’hésitez pas à parcourir la carte ci-dessus !

On appréhendait un peu la foule. Mais ça reste un incontournable dans un road-trip en Islande…

Le cercle d’or regroupe 3 sites principaux. Mais comme c’est l’Islande, la route est belle et on peut très bien passer une éternité à s’arrêter tout le temps. De parking en parking on en arrive très vite à faire des milliards de photos.

Ce n’est pas notre genre. Évidemment. On n’est revenu de ces 12 jours qu’avec 8.500 photos après tout.

Bref, rejoindre le cercle d’or depuis Reykjavik c’est très rapide et c’est ce qui fait aussi son attrait pour beaucoup de personnes.

Sur la route les paysages sont splendides.

Parc National de Thingvellir (Þingvellir)

On commence logiquement par le Parc National de Thingvellir (Þingvellir) que nous atteignons en fin de deuxième journée. Il se situe à seulement 45 minutes de voiture à partir de Reykjavik. Il pleuviote mais rien d’insurmontable, c’est un petit crachin qui ne gâche rien au paysage !

Créé parc national en 1930, c’est un lieu inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2004 et pour cause : ce site mêle histoire et paysages impressionnants puisque la terre y fait quelques belles démonstrations de puissance.

Situé sur la séparation entre les plaques tectoniques eurasienne et américaines, c’est un lieu à forte activité géologique et sismique. Côté histoire, c’est ici même que, comme son nom l’indique (« Plaine du Parlement »), les représentants des premiers clans islandais ont décidé de se réunir à partir de 930 pour créer une sorte de gouvernement collectif, s’accorder sur des règles et voter des lois. D’où le nom de Parlement. Bien que les réunions aient été interrompues quelques temps au XVIIIème siècle, et le lieu déplacé à Reykjavik par la suite, le parlement islandais reste la plus ancienne institution représentative du monde.

C’est donc avec cette histoire en tête que l’on parcourt le parce. On se balade sur un chemin délimité entre les falaises puis jusqu’à la cascade d’Öxarárfoss encore encombrée par quelques blocs de neige.

Pratique : L’entrée est gratuite mais le parking payant.

Prix du parking pour une voiture : 750 ISK pour la journée et pour tous les parkings du parc. 

Après avoir quitté ce lieux chargé d’histoire et de symbole, il était temps pour nous de partir nous trouver un petit spot dodo.

A défaut de camping sur notre route, nous nous arrêtons dans un bon resto avec l’espoir de négocier de passer la nuit sur le parking si nous dinons chez eux. Alors autant vous dire que ça marchait plutôt bien en Amérique centrale cette technique mais ici pas du tout ! On dine malgré tout puis c’est de nuit que l’on repart à la recherche de notre fameux camping.

Finalement, nous trouvons un camping où les propriétaires ne semblent pas présents. On glisse le montant de la nuit dans une petite boite aux lettres avant de prendre une douche, et d’aller tranquillement se coucher.

Le ciel menaçant offre une atmosphère encore plus intense.

Geysir et la vallée géothermale d’Haukadalur

C’est avec le doux son du réveil que nous commençons notre journée. Ça sera notre technique pendant ces 12 jours pour éviter les foules. Pas de mystères, on table sur des heures décalées pour à la fois profiter de jolies lumières du lever de soleil et des lieux déserts.

Direction la vallée de Haukadalur Geothermal Area où l’on arrive donc très tôt. Aux environs de 6h30. On est seuls. Parfait. Mais il pleut. Pas de bol. Oui, on ne gagne pas à chaque fois.

Geysir est un geyser bien connu en Islande, et probablement le premier dont des traces ont été retrouvées dans différents récits historiques. Situé sur une zone géothermale (oui c’est un peu le cas de toute l’île en réalité), il est entouré de fumeroles, de boues et de diverses eaux bouillonnantes.

Sauf que le Grand Geysir est en réalité plutôt inactif de nos jours, et c’est surtout Strokkur qui est connu et photographié. Il est assez bien réglé et entre en action toutes les 10 minutes environ. Il faut donc être un peu patient et surtout très attentif si on veut capter le bon moment en photo.

C’est calme. Très calme d’ailleurs. Quelques personnes commencent doucement à arriver mais nous gardons un bel espace assez intimiste et c’est bien agréable. Il y a comme une sorte de légère tension dans l’air : quand va-t-il exploser, va-t-il d’ailleurs jaillir à nouveau ?

Et paf, lorsqu’il entre en action, c’est une énorme quantité d’eau chaude qui est pulvérisée à plus de 20 mètres de hauteur. (Il faut cadrer large donc…) C’est un beau moment qui ne dure pas très longtemps et que l’on a envie de voir encore et encore. Il doit y avoir une telle tension qui s’accumule dans le sol pour que l’eau monte si haut… c’est fascinant.

Ce phénomène peut se trouver ailleurs, un peu plus à l’ouest et au sud, à Yellowstone aux États-Unis. Le site nous rappelle bien ce parc : on y retrouve des bassins d’eau bleu turquoise, une odeur d’œuf, des boues bouillonnantes et de la terre orange…

Alors que les touristes commencent à arriver sur les lieux, il est temps pour nous de prendre la direction de notre dernière étape dans le cercle d’or : Gullfoss.

Gullfoss

C’est seulement en une dizaine de minutes de voitures que l’on arrive à cette impressionnante cascade. Temps pour nous de faire un petit café avant d’aller se balader.

Vous connaissez probablement cette chute d’eau pour l’avoir vue en photo avec un grand ciel bleu et un joli arc en ciel.

Pour nous ça sera plutôt ciel blanc et petite pluie fine. Mais qu’importe !

Cette cascade est remarquable principalement à cause de son débit… On ne se rend pas réellement compte de la quantité d’eau qui s’écoule ici mais étant donné le bruit et la vitesse, c’est juste fou !

En pratique ce sont quelques 140 m3 par seconde qui se déversent (pour la référence, on a cherché un peu, une personne consomme en général 60m3 d’eau par an. Oui par an. Du coup 140m3 d’eau par seconde c’est pas mal).

Pour se promener autour de Gullfoss, il est possible de voir la chute d’en bas ou de monter pour une vue plus plongeante. Le chemin est balisé et délimité par des petites cordes dont tout le monde comprend normalement la signification : on ne passe pas derrière. La vue n’est reste pas moins impressionnante on vous assure !

NB : C’est important de respecter les règles. Peu importe que l’on soit en vacances avec sa famille, que l’on fasse de la photo ou autre. C’est d’abord une question de sécurité : oui c’est souvent mouillé par terre. À coté d’une cascade c’est logique. Donc ça glisse. Et s’aventurer sur les pierres au-delà des barrières c’est risquer de glisser et tomber. Mais bon c’est aussi une question de respect des lieux. De préservation. Pourtant certains, sur ce lieu comme ailleurs, ne peuvent s’empêcher de passer les barrières. Faire des photos de plus près et avoir ce même point de vue à 2 mètres. Et ça, ça nous agace bien fort. Donc on n’hésite pas à le dire aux personnes en question quitte à avoir un échange de gentillesses devant de si beaux paysages…

De Gullfoss à Eyrarbakki

Après Gullfoss, il était temps pour nous faire une des choses que l’on adore faire lorsque l’on voyage en van (ou lorsque l’on voyage tout court…) c’est rouler sans trop savoir où l’on va.

On décide donc de remonter en voiture et profiter de la pluie pour retourner jusqu’au bord de l’eau, direction Eyrarbakki.

Le temps change à peu près 3 fois entre notre départ et notre arrivée à destination. Pas grand chose à faire sur place. Juste profiter du vent qui souffle et des rayons de soleil qui font leur apparition.

Mais la pluie revient, temps pour nous de reprendre la route 1 et parcourir tout le sud de l’île…

Vus sur la route.

N’hésitez pas à garder cet article sous le coude sur Pinterest :

Share This